Congés illimités : ce qu’il faut retenir de ce nouveau type de congés

067 congés illimités
Ecrit par
Partagez l’article

Les congés illimités font rêver bon nombre d’employés. Loin d’être un mythe, ce dispositif existe bel et bien, quoique soumis à conditions, et il est loin d’être réservé à quelques grands groupes américains. C’est ainsi qu’une nouvelle génération d’entreprise française s’y met depuis quelques années. Mais alors, véritable avantage ou dérive cachée ? Comment les entreprises peuvent-elles gérer ce dispositif sans risquer la désorganisation ? Explications.  

Congés illimités : quels sont les objectifs et avantages de ce nouveau dispositif ?

Sur le principe, c’est simple. Adopter une politique de congés illimités, c’est accorder aux salariés la possibilité de prendre autant de congés qu’ils le souhaitent… en fonction de leurs performances individuelles. L’idée n’est plus tant de compter le nombre d’heures passées au travail, mais de mesurer la performance sur le taux d’objectifs atteints et de conduite de projets réussie. Si un salarié atteint ses objectifs, il peut prendre autant de congés qu’il le souhaite – à lui de s’organiser.

 

Recruter de nouveaux talents et améliorer l’expérience des collaborateurs

Certaines entreprises redoublent d’ingéniosité pour attirer et fidéliser ses talents. Pour des candidats, la qualité de vie au travail arrive en haut des revendications, presque au même niveau que la rémunération. Il n’est d’ailleurs plus utile de rappeler que la crise sanitaire aura mis en avant le besoin des collaborateurs de retrouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée. C’est en ce sens que les congés illimités participent à créer un environnement de travail attrayant pour les candidats qui postulent et ceux déjà en poste.

 

Accroitre la productivité

Les entreprises ayant adopté le congé illimité ont relevé que leurs employés n’avaient pas perdu en performance… bien au contraire. Si un collaborateur se sent fatigué, il culpabilisera moins de prendre une journée de congé en plus. Prendre des vacances est bénéfique pour le moral et la santé des collaborateurs tant qu’ils n’en abusent pas et que leurs objectifs sont atteints. Pour l’entreprise, cela se ressent dans la productivité et la performance de ses employés.

 

S’extraire du présentéisme

Les congés illimités sont une manière de casser le carcan autour du présentéisme. Pour les dirigeants ayant instauré cette pratique, les employés doivent pouvoir retrouver de la flexibilité dans leurs horaires et jours de congés, dès lors qu’ils réussissent à accomplir leur travail et à ne pas désorganiser complètement les plannings. S’inscrivant dans le prolongement du télétravail, le congé illimité est une nouvelle manière de laisser à ses collaborateurs plus d’autonomie. A eux de gérer leur charge de travail et d’atteindre leurs objectifs.

 

Lire aussi RH : comment responsabiliser les collaborateurs ?

 

Planifiez votre démo personnalisée
Planifiez votre démo personnalisée

Pour quels inconvénients ?

Toutefois, un certain nombre de points négatifs ont déjà été relevés par rapport au dispositif de congés illimités. Parmi lesquels :

  • La création de tensions au sein des équipes. Personne ne gère ni son temps de travail, ni ses congés de la même manière, ce qui peut mener à des conflits et des rivalités malsaines sans un arbitrage. Mais quel arbitrage mettre en place pour contenter toute l’équipe ?
  • Une autonomie qui peut s’avérer être une forme de pression déguisée. À chaque collaborateur de juger de sa performance ? Quand peut-il juger que son travail est fait ? Peut-il réellement se permettre de partir en congés ? Autant de questions que pourront se poser un salarié et qui, paradoxalement, le feront renoncer à ses congés.
  • Un mauvais encadrement de la productivité. Sans gestion globale des congés, il devient difficile d’anticiper les pics d’activité de l’entreprise.
  • Un contournement du cadre légal et des dérives. Ce que nous allons voir par la suite.

 

Et dans la pratique ?

Il est important de rappeler que les congés illimités arrivent des Etats-Unis où, précisons-le, la plupart des salariés n’ont que 10 à 20 jours de congés par an (selon l’ancienneté)… loin derrière le minimum légal en France.

 

Une pratique conditionnée à l’organisation de l’entreprise

Toutes les entreprises ne peuvent pas proposer ce dispositif à leurs salariés. Les start-ups, dont l’organisation ne nécessite pas la production à la chaine ou qui fonctionne par objectifs plutôt que par heures réalisées, seront d’ailleurs plus enclines à adopter cette pratique. Attention toutefois à mettre en place des garde-fous pour éviter que l’entreprise ne se retrouve sans personnel. Certaines entreprises, comme Indeed ou PopChef, ont par ailleurs imposé des conditions d’accès au-delà du prérequis des objectifs individuels atteints à 100%. Par exemple :

  • Soumettre la demande de congés au moins 15 jours à l’avance, afin d’éviter que ces jours ne déguisent un congé sabbatique ou un temps partiel.
  • Avoir au moins 2 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise.
  • Impliquer le reste de l’équipe dans la décision et obtenir leur accord.

 

Lire aussi Politique d’entreprise : quelles règles pour les congés payés ?

 

Une pratique pointée du doigt pour ses dérives

La face cachée de ce dispositif montre néanmoins que les collaborateurs sont loin de se « lâcher » sur le nombre de jours off qu’ils prennent. Parfois, c’est même l’inverse : certains employés partiront moins de temps que les 5 semaines légales en raison d’une forte charge de travail. D’autres pourront avoir l’impression qu’ils ne prennent pas assez de congés contrairement à d’autres collègues, ou encore que la productivité de l’entreprise repose sur ceux qui ne prennent que les 5 semaines légales.

D’autres entreprises se rendent finalement compte qu’elles ne peuvent pas se permettre de laisser de la liberté à leur employé sur la prise de jours de congés en raison d’une activité qui fluctue et d’un risque trop gros de désorganisation des équipes.

Enfin, les congés illimités peuvent vite être un casse-tête sur le plan juridique. Par exemple, un salarié qui viendrait à quitter l’entreprise sans avoir consommé ses RTT ou ses congés légaux, pourrait demander qu’ils lui soient payés… alors même qu’il aura pris ses congés illimités offerts. Par ailleurs, la loi oblige les salariés à prendre 3 semaines de congés d’affilée entre le 1er mai et le 31 octobre. Certaines entreprises pourraient négliger ces obligations en matière de prise de congés payés.

 

Congés illimités : comment les mettre en place dans sa structure ?

S’il n’y a pas de recette miracle, certaines bonnes pratiques peuvent vous aider à mettre en place le dispositif dans votre entreprise.

 

Définir une politique de congés ou une charte de bonnes pratiques

Un premier pas pour gérer efficacement la prise des congés illimités est tout simplement de mettre en place une politique RH ad hoc ou a minima une charte de bonnes pratiques. En intégrant les collaborateurs dans sa rédaction, vous vous assurerez un peu plus de leur engagement… sans qu’ils ne puissent dire qu’ils ne savaient pas !

 

Fixer des objectifs atteignables

Mettre en place des congés illimités sous réserve que les objectifs soient atteints, oui !

Mettre en place des congés illimités alors que les objectifs sont loin d’être atteignables, non !

Cette pratique ne doit pas être mise en place simplement pour attirer de nouveaux talents. Encore faut-il que les collaborateurs puissent réellement en profiter. Or si les objectifs fixés par leur manager les empêchent de prendre plus de congés que ceux légaux, il y a un problème. Pour éviter cette dérive, il suffira de définir des objectifs SMART (spécifique, mesurable, atteignable, relevant et temporel).

 

S’équiper d’un logiciel de gestion des congés et absences

Pour éviter toute désorganisation et sacraliser la prise de congés illimités, les services RH peuvent se tourner vers le déploiement d’un logiciel de gestion des congés et absences. En ce sens, le logiciel Keeple simplifie le quotidien des équipes RH en automatisant la prise des congés. En un coup d’œil, elles ont accès au planning des congés et aux soldes restants des collaborateurs. Les managers, sont, quant à eux, alertés directement lorsqu’un membre de leur équipe souhaite poser un congé (légal, RTT ou illimité), qu’ils peuvent valider en un clic.

 

Équiper votre entreprise du logiciel de gestion des congés payés Keeple vous permet de gagner en transparence et d’améliorer votre productivité. Vous êtes intéressé ? Réservez votre démo dès aujourd’hui !

Plus d'articles

comment mettre en place l annualisation du temps de travail

Comment mettre en place l’annualisation du temps de travail ?

code-du-travail-conges-payes-loi-2023

Code du travail congés payés : ce que dit la Loi en 2024

Comment réaliser votre veille rh de manière efficace

RH : Comment réaliser votre veille RH de manière efficace ?

RTT : les calculer en 2022

RTT : comment calculer le nombre de jours de RTT en 2024 ?

024 congés et rtt 2022

Congés et RTT : comment poser ses congés payés en 2024 pour en profiter au mieux ?

Comment rebooster les collaborateurs en début d'année

Comment rebooster les collaborateurs en début d’année ?

Précédent
Suivant