Top 6 des bonnes pratiques pour accompagner vos salariés aidants

Bonnes pratiques pour accompagner vos salariés aidants
Ecrit par
Partagez l’article

Selon une étude de France Stratégie, en 2022, 50% des aidants étaient aussi salariés. Cela signifie qu’ils cumulent une activité salariale au fait d’aider de manière régulière un proche en difficulté. Selon des prévisions de l’OCIRP (Organisme commun des institutions de rente et de prévoyance), en raison du vieillissement de la population, ce phénomène risque de concerner 25% des actifs en 2030.

Face à cette réalité grandissante, que peut faire l’entreprise pour aider ses salariés aidants à concilier leurs deux activités ? Réponses dans cet article !

Accompagner les salariés aidants : un enjeu RSE pour les entreprises

Perte de revenu, difficultés à obtenir des aides, fatigue, charge mentale décuplée… Les salariés aidants font face à des difficultés financières et professionnelles mais aussi personnelles, leur double activité impactant souvent leur santé.

54 % des collaborateurs aidants se disent épuisés et 49 % se décrivent comme stressés et moins productifs au travail.
(Source : France Stratégie)

La fragilité des salariés aidants engendre également des conséquences au niveau de l’entreprise. Absences imprévues, désorganisation au sein des équipes, demandes de congés supplémentaires… Le statut particulier des salariés aidants peut affecter la productivité et la concentration de l’ensemble des membres de l’entreprise. C’est pourquoi, il est recommandé aux organismes de mettre en place un dispositif d’aide pour ces travailleurs particuliers. En effet, selon France Stratégie, la mise en place d’un tel dispositif augmenterait la productivité des collaborateurs aidants de 69%.

Outre l’aspect économique, accompagner ses salariés aidants fait partie de la responsabilité sociétale d’une entreprise. Equilibre entre vie personnelle et professionnelle, égalité hommes-femmes (2 tiers de salariés aidants sont des femmes), santé mentale au travail… Tous ces aspects doivent être pris en compte dans une démarche RSE pour accompagner au mieux les salariés aidants.

Lire aussi : Keeple, un SIRH qui s’inscrit dans une démarche RSE

Comment accompagner vos salariés aidants ?

#1 Instaurer une culture de la bienveillance

La première étape pour soutenir vos salariés aidants consiste à instaurer un climat bienveillant au sein de l’entreprise. Encouragez la communication ouverte en créant un environnement propice à l’expression des besoins et des préoccupations des collaborateurs et sensibilisez l’ensemble de l’équipe à la réalité des salariés aidants. Enfin, mobilisez tous les acteurs de l’entreprise, des dirigeants aux collaborateurs, en passant par la médecine du travail afin de faire de la « salariance » (un néologisme imaginé pour désigner les aidants salariés) un sujet RSE à part entière.

#2 Ecouter et informer

Depuis la création du statut de salarié-aidant, plus d’un tiers des travailleurs n’ont jamais entendu parler des dispositifs d’aide, et seuls 26% des aidants ont informé leur employeur de leur situation. En tant que responsable RH, votre rôle consiste également à apporter les informations nécessaires aux salariés aidants qui en ont besoin. Pour cela, il est essentiel de :

  • Déterminer les besoins spécifiques de vos salariés aidants, via la distribution de questionnaires, par exemple.
  • Communiquer clairement et à grande échelle sur les dispositifs d’aide disponibles au sein de l’entreprise.
  • Vérifier que ces informations sont régulièrement relayées en interne afin que tous les salariés puissent en bénéficier, par exemple grâce une newsletter.

#3 Encourager le travail flexible

Horaires flexibles, télétravail, possibilité de poser des congés au dernier moment… Offrez aux salariés-aidants la flexibilité dont ils ont besoin pour concilier au mieux leurs responsabilités professionnelles et leur rôle d’aidant. Vous pouvez également vous assurer que les mesures mises en place sont sujettes à une réévaluation régulière pour s’adapter à leurs besoins changeants.

Planifiez votre démo personnalisée
Planifiez votre démo personnalisée

#4 Prévenir l’épuisement

Du fait de leur double activité, les salariés aidants sont plus sujets au stress et à l’épuisement que d’autres collaborateurs. Pour les soutenir et préserver leur santé, il est important de leur proposer des diagnostics de santé réguliers. En parallèle, développer des solutions de répit pour leur permettre de prendre du repos et encourager le développement de réseaux de pairs afin de lutter contre leur isolement… sont également des options à privilégier.

#5 Soutenir financièrement

Pour limiter les pertes de salaire des salariés aidants, des prestations sociales existent :

  • La PCH (prestation de compensation du handicap): aide humaine, technique, au logement, animalière ou spécifique, la PCH peut notamment permettre le dédommagement d’un aidant familial à hauteur de 6,11 € par heure si cela le contraint à réduire son activité professionnelle.
  • L’AEEH (allocation éducation de l’enfant handicapé): ce soutien financier permet de couvrir les coûts associés au handicap d’un enfant de moins de 20 ans. Elle est versée mensuellement et peut atteindre un montant de 132,74 €.
  • L’APA (allocation personnalisée d’autonomie): elle sert à couvrir les dépenses nécessaires pour les personnes en perte d’autonomie ne pouvant sortir de leur domicile.
 

En complément de ces mesures – qui bien souvent sont insuffisantes –, vous pouvez octroyer une aide financière ponctuelle ou permanente à vos salariés aidants.

#6 Proposer des congés particuliers

Les salariés aidants ont droit à 3 types de congés particuliers :

  • Le Congé de Proche Aidant (CPA): d’une durée de trois mois et renouvelable sur l’ensemble de la carrière professionnelle, ce congé permet d’assister un proche dépendant. Si l’employeur y consent, il peut être pris sous forme de temps partiel ou en fractionné.
  • Le Congé de Présence Parentale (CPP): il permet d’aider les parents à s’occuper d’un enfant de moins de 20 ans gravement malade ou en situation de handicap. Il est accessible à tous les salariés, sans exigence d’ancienneté, tant que l’enfant est à leur charge.
  • Le Congé de Solidarité Familial (CSF) : ce congé permet d’assister un proche en raison de la gravité de son état de santé. Il s’adresse également à tous les salariés.
 

Le conseil : pour accompagner au mieux vos salariés aidants, vous pouvez aussi faciliter le don de congés. Depuis 2014, la loi Mathys autorise les salariés à faire don d’un jour de congé non pris à un autre collègue, comme le parent d’un enfant gravement malade. Lorsqu’il est facilité et valorisé, ce dispositif peut donc permettre aux salariés aidants de bénéficier de jours de congé payés supplémentaires grâce à la solidarité de l’équipe.

Lire aussi : Don de RTT, est-ce possible ?

Plus largement, faciliter la demande de congés des salariés aidants est indispensable pour leur permettre de conjuguer leur activité professionnelle à leur activité d’aide. Pour cela, un logiciel de dématérialisation des congés comme Keeple est particulièrement adapté.

Outil facilitateur du quotidien du personnel RH, des managers et des collaborateurs, Keeple permet une automatisation complète du processus de demande et d’approbation des congés payés. Ergonomique et intuitive, la solution permet aux collaborateurs de gérer toutes leurs demandes de congés et de suivre leur solde, directement depuis leur smartphone – y compris lorsque ces congés sont spécifiques au statut de salarié aidant. Grâce à Keeple, accompagnez plus rapidement, plus efficacement et de manière personnalisée l’ensemble de vos salariés. Contactez-nous !

Plus d'articles

Gestion des temps pour le calcul du CIR

Les bonnes pratiques pour le calcul du Crédit d’Impôt Recherche (CIR)

Journée de solidarité

Journée de solidarité : les collaborateurs sont-ils obligés de travailler ?

comment anticiper les congés d’été des collaborateurs en tant que rh

Comment anticiper les congés d’été des collaborateurs en tant que RH ?

comment mettre en place l annualisation du temps de travail

Comment mettre en place l’annualisation du temps de travail ?

code-du-travail-conges-payes-loi-2023

Code du travail congés payés : ce que dit la Loi en 2024

Précédent
Suivant