RH : comment prévenir le désengagement des collaborateurs ?

053 desengagement collab
Ecrit par
Partagez l’article

Augmentation de l’absentéisme, retards de plus en plus fréquents, détachement vis-à-vis de son travail, ennui… Le désengagement des collaborateurs est un phénomène qui touche de nombreuses entreprises, laissant émerger le phénomène de « démission silencieuse » : le salarié réalise les tâches principales de sa fiche de poste sans réelle motivation, il n’a pas la volonté d’apporter une valeur ajoutée, se mettant petit à petit en retrait.

Aujourd’hui, le désengagement devient un sujet majeur pour les entreprises. D’abord parce qu’il a un impact financier (la non-disponibilité des salariés s’élèverait à 14 310 € par an et par employé, selon l’Indice de Bien-Être au Travail de 2020) et qu’il augmente significativement le turn-over. Mais surtout parce qu’il est lié à l’épanouissement des salariés ! Dans le cadre du bien-être au travail, il est essentiel de redonner du sens, de motiver et de fidéliser. Comment ? En mettant en place des bonnes pratiques et des initiatives pour susciter ou maintenir l’engagement des collaborateurs.

 

Lire aussi : Comment mettre en place une politique de congés payés engageante ?

Comprendre le désengagement des collaborateurs

Le désengagement des collaborateurs est lié à un mal-être et un mécontentement professionnel, et se traduit par un détachement de plus en plus prégnant vis-à-vis de l’entreprise. Un phénomène qui peut s’expliquer de plusieurs manières : perte de sens et inadéquation avec la culture et les valeurs de l’entreprise, incompréhension des transformations à cause d’une mauvaise communication, rémunération trop faible, sentiment de discrimination, manque de perspective d’évolution, relations compliquées avec son manager, surcharge de travail… Toutes ces raisons peuvent engendrer un désintéressement et aboutir à un désengagement total du salarié.

Ce manque de motivation provoque inévitablement une baisse de l’efficacité et de la productivité, impactant directement la performance de l’entreprise et le moral des équipes. En effet, en plus de provoquer de l’absentéisme, le désengagement d’un collaborateur peut avoir un effet boule de neige sur d’autres membres de son équipe, renforçant les risques psychosociaux et le mal-être.

Planifiez votre démo personnalisée
Planifiez votre démo personnalisée

Stratégies de prévention du désengagement

Pour lutter contre le désengagement des collaborateurs, l’entreprise et son service des relations humaines peuvent mettre en place plusieurs initiatives après avoir identifié les points de crispation.

Une rémunération à la hauteur du travail fourni

Première cause de désengagement, la rémunération est souvent source de tensions au sein des entreprises : si le salarié a l’impression que sa rémunération n’est pas à la hauteur de son travail, il peut se démotiver. N’attendez surtout pas que ce type de situation s’installe ! Au contraire, ouvrez la discussion pour trouver un terrain d’entente qui permettra à votre salarié de se sentir valorisé.

Une plus grande reconnaissance et une meilleure inclusivité

Il est également important de préserver un environnement positif, propice à l’entraide et la bienveillance : cultivez une culture d’entreprise collaborative et inclusive, et soyez en première ligne pour lutter contre le harcèlement, les remarques racistes ou sexistes, et les comportements déplacés. Il est essentiel de mener une véritable politique de diversité et d’inclusion pour que chacun puisse s’épanouir et se sentir en confiance !

Les managers doivent également être plus à l’écoute des collaborateurs, en les aidant à apprendre et à exprimer leur potentiel. La reconnaissance est aussi importante : travailler au sein d’une entreprise et y consacrer près de 8 heures par jour n’a rien d’anodin. En étant reconnaissants de leurs collègues pour le travail fourni, les managers participent à créer une ambiance plus conviviale et sereine.

Des moments de détente et des activités sociales peuvent aussi être organisés afin de renforcer la cohésion d’équipe et désamorcer d’éventuelles sources de stress ou d’anxiété.

Une meilleure communication

Comme dans toute relation, la communication est essentielle. Au sein d’une entreprise, il est primordial d’être transparent vis-à-vis des prises de décisions : communiquez clairement la vision de l’entreprise à court et long termes, les objectifs et les changements à venir pour éviter que vos collaborateurs se sentent « trahis ». Encouragez le feedback et les suggestions des collaborateurs dans un esprit de co-construction afin de préserver un climat apaisé.

Un équilibre entre vie pro et vie perso

Alors que la semaine de 4 jours fait de plus en plus d’émules, le juste équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle est un sujet majeur pour les entreprises. En plus de permettre à chaque collaborateur de s’épanouir en dehors de ses heures de travail, il est judicieux de proposer des formations et des perspectives d’évolution pour garantir une montée en compétences.

 

Lire aussi : Travail de nuit : quelles règles encadrent le repos compensateur ? 

 

Mesurer et évaluer l’engagement

Au-delà des échanges à intervalles réguliers entre les services des relations humaines et les collaborateurs, et des enquêtes de satisfaction classiques, plusieurs indicateurs peuvent vous aider à mesurer l’engagement de vos salariés. C’est par exemple le cas de l’indicateur Employé Net Promoter Score (appelé aussi eNPS) qui permet d’évaluer la satisfaction de vos collaborateurs en estimant la probabilité qu’ils recommandent votre entreprise. Par exemple, « sur une échelle de 0 à 10, quelle est la probabilité pour que vous recommandiez à votre entourage de venir travailler dans notre entreprise ? »

La satisfaction et le taux d’absentéisme peuvent également être analysés via des logiciels de gestion des absences et des temps d’activités. Cela permet d’avoir un suivi en temps réel. En fonction des résultats, vous pouvez plus facilement mettre en place des stratégies pour une meilleure expérience collaborateur et une meilleure productivité. À la clé, c’est moins de turn-over, un cadre de travail plus agréable et une meilleure réputation pour attirer des talents ! 

 

Pour répondre à vos besoins, le logiciel SIRH Keeple prend en charge toutes les problématiques RH. Grâce à ses fonctions de gestion des congés et absences, ou encore de gestion des temps et activités, il devient plus simple d’obtenir une vue d’ensemble sur le taux d’absentéisme et son évolution, afin de prévenir dans les meilleures conditions le désengagement de ses collaborateurs. Pour en savoir plus, n’hésitez plus : contactez-nous.

 

Plus d'articles

Gestion des temps pour le calcul du CIR

Les bonnes pratiques pour le calcul du Crédit d’Impôt Recherche (CIR)

Journée de solidarité

Journée de solidarité : les collaborateurs sont-ils obligés de travailler ?

comment anticiper les congés d’été des collaborateurs en tant que rh

Comment anticiper les congés d’été des collaborateurs en tant que RH ?

comment mettre en place l annualisation du temps de travail

Comment mettre en place l’annualisation du temps de travail ?

code-du-travail-conges-payes-loi-2023

Code du travail congés payés : ce que dit la Loi en 2024

Précédent
Suivant